La fête de saint Eloi

 

Saint-Eloi (588-660), qui a servi en qualité d'évêque dans la cathédrale de Noyon, est notamment connu pour avoir été au service du Roi Dagobert. Mais il était surtout , le patron des ouvriers travaillant les métaux tels que les maréchaux-ferrant, les charretiers, les laboureurs.

Saint-Eloi est également le protecteur des mulets, des ânes et des chevaux.
Il devient le patron de Puimoisson dès le Moyen Age.

Cette fête est une coutume très répandue dans toute la Provence. Elle s'articule autour d'une cavalcade de charrettes décorées et de chevaux en hommage au temps où le cheval était l'outil de travail et le moyen de déplacement de nos ancêtres
Pour accompagner ce défilé, les habitants revêtaient les costumes traditionnels provençaux et les chevaux étaient parés de leurs plus beaux attributs.

 

A l’origine, il y avait deux fêtes : une en hiver, le 1er décembre et une en été . Il ne restera à Puimoisson que  la fête d'été, le premier dimanche du mois de juillet. Il y avait une grande procession où à l'issue de la messe, on bénissait les chevaux. Ensuite, il y avait une cavalcade dans le village et l’après midi une fête avec danse, bal.

 

 

 

 

Après, avec l'arrivée des tracteurs la fête a perduré jusqu'en 1972. Les tracteurs étaient décorés, comme avant, on décorait les charrettes.

 

 

 

En 2005 et  2006, on fêta de nouveau la Saint Eloi avec le corso.

 

 

 

 

 

 

 

Après une interruption, le Corso de Saint Eloi est fêté chaque année depuis 2013