L'ORATOIRE SAINT ROCH

 

Sur l'emplacement de cet oratoire s'élevait une chapelle dédiée à Saint Roch. Elle avait été construite aux temps des pestes pour protéger le village de ce fléau.

L'oratoire actuel fut commencé en 1804 mais terminé seulement en 1807. On avait placé dans sa niche un tableau représentant Saint Roch.

En 1892, l'oratoire fut restauré et le tableau remplacé. D'importantes réparations ont eu lieu en 1928, prise en charge par la famille Eugène Laugier. Le tableau est alors remplacé par une statuette de saint Roch, offert par une personne restée anonyme.

L'ORATOIRE SAINT MICHEL

 

Il fut construit par la paroisse de Puimoisson en l'honneur de son patron, à la suite du vœu fait par la population épargnée par la peste de 1650 et 1720.

Démoli en 1784, lors de la première rectification de la route du Pas de Laval, il fut réédifié en 1897 par l'abbé Maurel, sur un terrain appartenant alors Marie Muraire.

La construction de l'oratoire et l'acquisition de la petite statue de Saint Michel ont été financés par une personne restée anonyme.

La bénédiction de l'oratoire eut lieu le 26 mai 1897, dernier jour des Rogations, au cours d'une procession qui se faisait dans ce quartier, ce jour-là.

Il fut remis à neuf le 23 mars 1928 par l'abbé Guichard, et à cette occasion, une nouvelle statuette du Saint fut placé dans la niche.

L'ORATOIRE SAINT BLAISE

Il a été construit en 1850 par la corporation des tisserands qui comptait 80 métiers dans le village et dont le patron était Saint Blaise.

En août 1892, alors qu'il n'était qu'une ruine qui menaçait de s'écrouler, il est restauré et on y plaça un tableau de Saint Blaise, protégé par un chassis de fer et une toile métallique . Une croix de fer fut fixée à son sommet.

En mars 1930, l'abbé Guichard le fit remettre en état, et on y plaça une statue du Saint offerte par la famille Rivière.

La bénédiction eut lieu le 30 mars, jour de la procession du voeu à Notre-Dame.

LES RESTAURATIONS DE 1989

PUIMOISSON RESTAURE SES ORATOIRES

Par Régine Pernoud

"Ils sont quatre, comme les trois mousquetaires, les saints protecteurs de Puimoisson : un à l'église et trois dans ces petits oratoires typiques de notre Haute Provence.

Or, les oratoires de Puimoisson tombaient en ruine : un peu la vieillesse, un peu les pluies, beaucoup la sottise de ceux qui cassent pour se prouver qu'ils sont très forts, alors qu'ils sont seulement infantiles ou complexés.

Donc, le Comité de Sauvegarde de Puimoisson, 'avisant de l'état lamentable de ses oratoires, a décidé d'y remédier; avec l'appui de la commune,, il a alerté ses artisans, et tous ont répondu, mettant leur technique, leur art, leur temps au service de notre village.

si bien qu'au lieu de quelconques statuettes, ce sont des plaques de céramique qui aujourd'hui animent les oratoires, dûment restaurés par les soins du maçon Mr Sarkissian.

Si bien que mardi 8 août, à l'heure où les camions de lavande regagnent leur garage, laissant un sillage qui parfume un village qui semble créé pour servir de modèle aux crèches provençales, il y avait beaucoup de monde sur la place de Puimoisson : une bonne partie de la population se retrouvait d'abord à l'église, pour découvrir la belle plaque émaillée qu'Agnès Lauer a consacré à Saint Éloi; scellée sur la paroi sud de la belle nef du XV° siècle, conçue un peu comme un vitrail, elle montre le saint qui fut orfèvre et conseillé de Dagobert, au milieu de ceux dont il est le patron, maréchaux-ferrants, travailleurs du métal, tous ceux qui forgent ou qui labourent. Une très belle réalisation, qui "mérite le détour" comme disent les guides.

Puis toute la caravane s'est ébranlée : d'abord Saint Blaise, patron des tisserands (et Danielle Angelvin, qui en savait long sur le passé de Puimoisson, rappelait qu'il y avait 80 tisserands au village à la fin du XIX° siècle) : céramique blanche qui fait ressortir un cerne ocre foncé, d^à Jean-Claude Grech.

Plus haut, à l'entrée de l'agglomération, Saint Roch se détache en couleurs vives, encadré d'un buisson de lilas; c'est l’œuvre de Raymond Athelme, autre enfant du pays et de Marie-Thérèse Cotte.

Enfin, au moment où la caravane des voitures arrive à Saint Michel, le soleil semble braqué comme un projecteur sur l plaque en camaïeu bleu, qu'a conçu Jean-Louis Stéfani, de Saint-Jurs. Quelqu'un se démène au milieu de la foule : c'est Mr Yahiaoui, qui, après sa série "Tradition du geste", prépare justement un reportage photo-vidéo sur les oratoires de Provence : pour lui c'est une occasion à ne pas manquer !

Et tout le monde s'est retrouvé à la Mairie, où, par les soins du Maire, Jean Chignola, un apéritif était servi, terminant joyeusement cette soirée à laquelle beaucoup avaient contribué, entre autres Michel Cyprès qui, quelques heures avant la cérémonie, était allé discrètement repeindre les grilles des oratoires qui lui paraissait défraichies.

Ue sympathique soirée, une belle réussite des artisans de Puimoisson et de la commune tout entière qui s'est senti revivre en redonnant vie à ses oratoires."

 

Semaine de Provence

Le 9 août 1989